Origine du mot shiatsu

Si vous ne parlez pas japonais, voici un excellent début ! Le shiatsu est une discipline d'origine japonaise qui se traduit littéralement par pression des doigts.

Shi pour doigts, atsu pour pression.

Sachant que le u se prononce [ou] en japonais vous parlerez donc couramment de [chiatsou] dès la fin de cet article sur le shiatsu.

Le shiatsu, c'est quoi ?

Le shiatsu est une discipline manuelle et énergétique. Il procure détente et bien-être par application de pressions, d'étirements et de mobilisations sur l'ensemble du corps.

Le shiatsu a un effet direct sur l'ensemble des tissus : la peau, les fascias, les muscles et les os.

Ses manœuvres stimulent aussi la circulation énergétique, par son action sur les points et trajets de circulation de l'énergie (=méridiens) utilisés en acupuncture - avec les mains comme alternative aux aiguilles.

Qu'est ce qu'un méridien en énergétique ?

Les méridiens sont des trajets de circulation de l'énergie dans le corps.
Découverts il y a plus de 3000 ans par la médecine traditionnelle chinoise et confirmés par les recherches modernes, ils sont utilisés en médecine chinoise, en acupuncture, en shiatsu et dans d'autres disciplines énergétiques.
Dans la culture japonaise, la bonne circulation de l'énergie vitale détermine la santé.
En appliquant des techniques manuelles aux méridiens adaptés, le praticien en shiatsu régule le fonctionnement global de l'organisme.

Histoire du shiatsu

Le shiatsu a été créé pour valoriser la thérapie manuelle dans le Japon du début du 20e siècle. Il associe savoirs millénaires et techniques modernes.

Aux origines du shiatsu : le massage thérapeutique introduit au Japon en 602 avec la médecine traditionnelle chinoise dont il fait partie. On le nomme alors amma, littéralement « calmer avec les mains ». Au fil des siècles, l'amma (ou anma) s'éloigne de sa vocation thérapeutique pour s'orienter vers la relaxation et le bien-être.

Tenpeki Tamaï, désireux de préserver la thérapie manuelle, utilise le terme shiatsu pour la première fois en 1919. Il conçoit la discipline comme une synthèse des principes de l’acupuncture, du massage traditionnel, du Do-In (auto-massage) et des connaissances en anatomie et physiologie.

Plusieurs maîtres japonais développent ensuite leur propre style.

Tout au long du 20e siècle, le shiatsu intègre les découvertes occidentales pour traiter de nouveaux troubles. Les échanges avec les États-Unis enrichissent l'approche traditionnelle avec des techniques empruntées à la chiropraxie et l'ostéopathie.

Après la 2nde Guerre Mondiale, le gouvernement militaire américain interdit le shiatsu pour réprimer la culture traditionnelle japonaise. On doit sa réhabilitation à la contestation populaire et à l'intervention d'Helen Keller. L'auteure américaine, aveugle et sourde depuis l'enfance, fait valoir l'importance du shiatsu pour de nombreux aveugles dont c'était le métier.

Dans les années 1950, le shiatsu est popularisé aux États-Unis par des stars telles que Maryline Monroe et Mohamed Ali.

En 1954, le Ministère de la santé japonais reconnaît le shiatsu comme une thérapie manuelle et le distingue du massage bien-être en 1964.

En Europe, le shiatsu se fait connaître à partir des années 1970, grâce aux pratiquants d'arts martiaux qui l'utilisent pour mieux récupérer.

En mai 1997, le Parlement européen a inscrit le shiatsu parmi les médecines complémentaires dignes d'intérêt.

En France, l'État reconnaît le titre professionnel de « Spécialiste en shiatsu » en 2015, avec un rôle dans la détente, la prévention et l'accompagnement à la santé.

Styles de shiatsu

Il existe différents styles de shiatsu. Chacun correspond à l'enseignement d'un grand maître japonais qui a enrichi la discipline en fonction de son parcours. Chaque style de shiatsu porte le nom de ce qui le caractérise (shiatsu-Yin, myo-énergétique) ou de son inventeur (Namikoshi, Masunaga, Kurétaké, Oashi).

Les styles de shiatsu se distinguent sur :

  • l'utilisation des principes de la médecine traditionnelle chinoise ;
  • l'intégration de techniques d'ostéopathie et de chiropraxie - résultat d'échanges avec les États-Unis ;
  • l'orientation vers le bien-être ou la thérapie ;
  • des types de pression (d'orientation, de profondeur et de rythme différents) ;
  • le recours à des protocoles définis ou à la construction de séances personnalisées.

Les techniques, bénéfices et principes fondamentaux restent les mêmes.

Shiatsu et massage : le jeu des différences

En France, le code de déontologie demande aux praticiens de shiatsu de « garder à l'esprit que le shiatsu n'est pas un massage » alors qu'au Canada, il figure parmi les spécialisations de massothérapie.

3 différences majeures à connaître pour ne plus confondre shiatsu et massage :

Shiatsu versus massage

  1. Sur le plan pratique : le shiatsu peut se recevoir habillé et aucun produit n'est nécessaire alors que le massage est surtout pratiqué sur peau nue avec de l'huile, des pierres chaudes ou des sons qui accessoirisent le soin.
  2. Sur le plan technique : le shiatsu s'exerce par pressions, mobilisations et étirements sur l'ensemble du corps alors que le massage bien-être procède par effleurage, pétrissage, pressions glissées ou profondes, palper-rouler et/ou percussions.
  3. Sur le plan énergétique : Le shiatsu utilise deux niveaux de lecture et de travail : l'un fondé sur l'anatomie, comme le massage, l'autre basé sur l'énergétique notamment par l'utilisation des méridiens. Le praticien en shiatsu associe techniques mécaniques et énergétiques. Son action est physique mais aussi psychique et émotionnelle.

Une précision sur le terme d'énergétique : contrairement à ce qu'il laisse penser en Occident, il ne s'agit pas de dynamiser ou de réveiller. On dit d'une technique qu'elle est énergétique quand elle travaille sur les énergies du corps.

En Asie, la santé est le résultat d'une circulation énergétique harmonieuse. La médecine traditionnelle chinoise cartographie les trajets de circulation de l'Énergie dans le corps qu'elle nomme "méridiens".

Pourquoi recevoir un shiatsu ?

Au-delà du bien-être qu'il procure, le shiatsu a un rôle de prévention et intervient en complément d'éventuels traitements.

D'après la définition du Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) :

« Le praticien aide la personne en demande à garder ou à retrouver un équilibre sur les plans physique, émotionnel et psychique par un travail de rétablissement de la circulation énergétique à l'aide de pressions et par une relation d'aide. »

  • Détente et bien-être

Les techniques spécifiques de pression et d'étirement permettent une détente profonde du corps et un véritable lâcher-prise au niveau mental.

  • Prévention

Originaire du Japon, traditionnellement très porté sur la prévention, le shiatsu a d'abord été pensé dans une logique de prévention.

Son but premier est de préserver l'équilibre énergétique avant qu'un déséquilibre ne s'installe pour faire le lit de la maladie. 
C'est pour cette raison qu'il est recommandé aux changements de saison, en cas de fatigue ou dans une période difficile ; il soutient le corps dans sa recherche d'adaptation.

Réalisé dès le premiers signes de moins bien, le shiatsu aide à relancer la machine.

  • Accompagnement à la santé

« Mieux vaut prévenir que guérir » c'est ce qu'on dit, pas toujours ce qu'on fait.

Heureusement, quand le mal est fait, le shiatsu peut donner un généreux coup de pouce. Il aide l'organisme à retrouver son équilibre naturel en stimulant ses capacités de récupération et d'auto-guérison.

En bref : indications du shiatsu

Le shiatsu aide à :

  • Se détendre, lâcher-prise ;
  • soulager la douleur et les tensions ;
  • mieux récupérer après une opération ou un accident ;
  • compléter un traitement médical ;
  • se réconcilier avec son corps et un toucher juste ;
  • retrouver et entretenir un équilibre global.

Les bienfaits du shiatsu expliqués par la science

Détente, légèreté, plénitude : des sensations courantes après une séance. Pourquoi ? Comment expliquer les bienfaits du shiatsu ?

Le shiatsu stimule la libération d'ocytocine

En 2018, une étude allemande a révélé les effets positifs du shiatsu sur la gestion du stress, en mesurant le taux d'ocytocine avant et après une séance.

Qu'est ce que l'ocytocine ?

L'ocytocine est une hormone, qui régule des fonctions essentielles telles que la grossesse, l'adaptation au stress, les émotions.
Connue pour favoriser l'attachement mère/enfant, son rôle est bien plus vaste.
L'ocytocine augmente les sentiments d'empathie et de confiance. Et en stimulant le lien social et la spiritualité, elle favorise des émotions positives.
Source : Social Cognitive and Affective Neuroscience (lire l'article en anglais).

Résultats de l'étude :

+11% d'ocytocine en moyenne, dès la première séance. Lire l'étude en allemand ou en anglais.

Les participants, âgés de 26 à 62 ans, des femmes à 87,5%, ont ainsi vu leur niveau de stress corporel, intellectuel, émotionnel et global nettement s'améliorer.

Le shiatsu fonctionne presque comme l'acupuncture, les aiguilles en moins

Comme l'acupuncture, le shiatsu stimule les points et trajets de circulation énergétiques (=méridiens) utilisés en Médecine Traditionnelle Chinoise.

Pour cela, le ou la praticien-ne shiatsu se sert de ses mains. Pas question d'aiguille en shiatsu !

La technique diffère mais la recherche d'équilibre reste la même.

Quand l'efficacité de l'acupuncture faisait débat

Bien que pratiquée depuis 5000 ans, l’acupuncture est restée mystérieuse dans son fonctionnement jusqu'aux début des années 2000.
D'abord, parce que, pour ceux qui l'utilisaient (Chinois, Coréens et Japonais), il semblait inutile de démontrer l'efficacité d'une thérapie qui faisait ses preuves depuis si longtemps et quotidiennement.
Ensuite parce que pour les Occidentaux, la discipline reste difficile à mettre en équation. Tant pour des raisons culturelles que linguistiques et philosophiques. Et peut-être économique, si on considère la manne des traitements médicamenteux.

Aujourd'hui, on sait que les effets de l'acupuncture sont dus à :

  • la stimulation de la production d'anti-douleurs et d'anti-inflammatoires naturellement secrétés par le corps ;
  • l'activation des circuits nerveux réflexes qui permettent de détendre les muscles.

Les bienfaits du toucher en plus

Lorsque vous avez mal, vous avez sans doute le réflexe de placer votre main sur la zone douloureuse.

C'est instinctif. Le toucher apaise, rassure.

Dans son livre La peau et le toucher, un premier langage, Ashley Montagu présente la peau comme un organe de communication, vecteur de transformations importantes.

Chez les mammifères, les recherches ont démontré que la stimulation tactile conditionne le développement de nouvelles activités (respiration, défenses immunitaires, apprentissage, sociabilité).

Les bienfaits du peau à peau sont d'ailleurs reconnus pour les bébés et il est couramment pratiqué dans les maternités.

Le shiatsu combine les effets du toucher avec une connaissance pointue des mécanismes de régulation naturels de l'organisme.

C'est un toucher particulier, doux et profond. Il apaise et transforme. Et maintenant, vous savez pourquoi !

À qui s'adresser pour recevoir un shiatsu ?

En France, la pratique du shiatsu n'est pas réglementée.

Les associations, fédérations et syndicats professionnels ont échoué à organiser la profession pour le moment.

Résultat : n'importe qui peut pratiquer le shiatsu, y compris sans formation.

Pour bénéficier pleinement des bienfaits du shiatsu, privilégiez un-e praticien-ne issu-e d'une formation complète en shiatsu.

En effet, de trop nombreux professionnels proposent des séances après seulement 1 week-end de formation - au lieu des 500h minimum du cursus complet.

Un-e praticien-ne de shiatsu peut exercer le shiatsu de manière exclusive ou en complément d'une autre spécialité (kiné, ostéopathie, massage, thérapie psychomotrice, psychologie).

Quel que soit votre choix, la confiance est fondamentale.

4 infos insolites sur le shiatsu

La version "à faire soi-même" existe

On parle alors de do-in ou d'auto-shiatsu.

Le do-in ne remplace pas une séance de shiatsu mais certains gestes permettent de prendre soin de soi au quotidien et de soulager de petits maux.

Il est le plus souvent enseigné en cours collectifs. Auto-massages et étirements sont guidés pour reproduire les effets d'une séance.

Votre mutuelle le rembourse peut-être

Reconnu pour sa capacité à préserver ou à rétablir un équilibre complet, le shiatsu est remboursé par certaines mutuelles en France. C'est l'occasion de relire votre contrat.

En Suisse, cette pratique est généralisée. En Italie, le shiatsu est même déductible des impôts.

Ça marche avec les chevaux

En France, le shiatsu équin est parfois plus connu des cavaliers que le shiatsu humain ne l'est des humains.

Le shiatsu animalier est né de la transposition des techniques humaines à l'anatomie des animaux. Chevaux, chiens et chats ont donc leur propre cartographie de méridiens (=trajets énergétiques) et des techniques adaptées à leur morphologie.

Ses effets durent dans le temps

Au-delà du bien-être apporté sur l'instant, le shiatsu œuvre à restaurer l'équilibre global et agit donc sur la durée.

Le bénéfice est physique mais aussi émotionnel ; se sentir mieux avec soi-même c'est aussi améliorer son rapport aux autres.

Parmi les effets secondaires constatés : un grand sourire après la séance. Un vrai bonheur en tant que praticienne de shiatsu :-)

Les cookies, je les préfère en cuisine. Il n'y a donc ni cookie, ni pistage sur ce site.
Mentions légales & Confidentialité
Aurélia Benoit, tous droits réservés.